En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Hans Reichel Christelle Téa Paul Durand-Ruel et le post-impressionnisme Martin Guillaume Biennais exposition 2019 LUIS MARSANS exposition 2019 Charlotte de Maupeou exposition 2019 MARKUS LÜPERTZ Exposition 2019 Eric liot exposition 2019 DANS L'ATELIER DU PEINTRE au XIX EME exposition 2018 La Beauté des lignes exposition 2018 La Porte des rêves
exposition 2019   LUIS MARSANS

exposition 2019 LUIS MARSANS

19 septembre 2019 - 17 novembre 2019

A L'Orangerie

Le temps suspendu

On ne peut peindre ce que l’on voit mais ce dont on ce souvient. Luis Marsans

Luis Marsans nait à Barcelone le 31 décembre 1930. Durant les années de guerre civile es-pagnole, il réside avec sa famille à Paris puis retourne à Barcelone en 1940. Il voyage à New York en 1947 et il se lie d’amitié avec Ismael Smith, qui lui fera découvrir l’art contemporain. Il y fait également la connaissance de Salvador Dali.

En 1948, de retour à Barcelone, il débute sa formation dans l’atelier de Ràmon Rogent. Par le fruit du hasard, il visite une grande exposition de Cézanne qui déterminera un change-ment d’orientation radical dans son travail.

Entre 1950 et 1952, il décide de poursuivre en solitaire ses recherches techniques et esthé-tiques et de détruire son travail antérieur. A partir de 1955, sa rencontre avec Marcel Du-champ à Cadaques provoque en lui un nouveau langage plastique.

Après cette période d’expérimentation, il se confronte à partir de 1966 à un thème de ca-ractère littéraire concret « À la Recherche du Temps Perdu » de Marcel Proust. Il présente au public son travail pour la première fois à la galerie Trece de Barcelone en 1972.

À partir de 1980, Marsans expose régulièrement à Paris à la galerie Claude Bernard et commence à aborder de nouveaux des thèmes figuratifs. Ainsi se développeront lentement différents thèmes de son œuvre : Les natures mortes, la musique, les livres… Entre 1985 et 1995, il expose à New York, à Paris, à Barcelone ou encore à Madrid.

À partir de 1995 et jusqu’à sa mort en 2015, Marsans travaille à la simplification conceptuelle de la peinture et aux croquis de la figure humaine. En 2011, avec la vo-lonté de réunir ses œuvres ultérieures, en particulier son étude de la figure humaine, il édite à propre compte « Images et dessins ».

orangerie 14h - 18h30

Billetterie